Formations Délocalisées



L’ENA offre également des formations délocalisées. Ce sont des formations déjà dispensées dans les pays étrangers et qui pourront être délocalisées à l’ENA afin d’ouvrir des débouchés autres que ceux purement professionnels qu’offre l’École à travers ses formations initiales et continues.

C’est dans cette optique que L’ENA entend délocaliser plusieurs masters dans le cadre de ses partenariats avec les institutions sœurs.

Le projet en cours est celui de délocalisation d’un Master « Conseil et Expertise en Action Publique » (CEAP). C’est un master de Science politique de l’Institut d’Études Politiques de l’Université de Toulouse Capitole qui est sanctionné par un diplôme français reconnu dans le cadre de LMD dans toute l'Europe.

Il s’agit d’un cursus de 5 années d'études supérieures sans les coûts prohibitifs d'un séjour en France. Le Master CEAP offre à des futurs professionnels une formation de haut niveau aux métiers de l’action publique, qu’ils soient exercés comme fonctionnaires de catégorie A dans des administrations publiques, contractuels de haut niveau, cadres supérieurs au sein de structures privées impliquées dans la production et la gestion des politiques publiques ou encore dans l’expertise, le conseil stratégique, le portage de projets, la communication d’influence au sein de cabinets de consultants spécialisés dans l’aide à la décision publique, ou encore les métiers de la recherche (Universités, CNRS).

En effet, ce master permettra aux candidats tchadiens et étrangers de se former à moindre coût, sans avoir à se déplacer en France et d’obtenir un diplôme français dans un domaine où la demande est forte au sein du secteur public.

Ce projet de délocalisation est le résultat de la projection à l’international de l’ENA dont le but est de contribuer à développer les capacités d’action publique du Tchad avec le soutien d’une Université française partenaire qui, elle aussi, entend faire rayonner l’enseignement supérieur français sur le continent africain.

Grâce à la délocalisation de ce master, il serait aussi possible de développer un enseignement en sciences politiques à l’intention des élites politiques, des élus, des attachés parlementaires et des cadres supérieurs de la fonction publique et du secteur public tchadien.

Partenaires : Faculté de droit de l’Université de N’Djamena, Institut d’Études Politiques de l’Université de Toulouse Capitole, Ambassade de France au Tchad.